5 bonnes raisons de choisir l’Université de Bonn en Allemagne pour faire son Erasmus :

Mobilité à bonn

1)     Un cadre exceptionnel

Quoi de mieux pour changer d’air pendant un an que de choisir de faire cours dans un château ? L’ancien château des princes électeurs de Cologne accueille l’université Rhénane François Guillaume, une des plus prestigieuses d’Allemagne, dont les facultés sont réparties dans toute la ville.

Véritable ville musée, qui a accueilli de nombreux personnages illustres tels que le compositeur Beethoven, Bonn compte plus de 300 000 habitants dans un cadre idyllique et une architecture typiquement allemande heureusement préservée des terribles conséquences de la guerre. Ancienne capitale de la République Fédérale Allemande, la ville est chargée d’histoire, et possède encore de nombreuses administrations, des monuments, et des musées qui rappellent son passé, et mettent en valeur la culture allemande.

Grande ville culturelle, Bonn est également une ville sûre, pratique grâce à tous les transports en commun, et où il fait bon vivre avec ses nombreux parcs et ses rues pavillonnaires cossues et calmes.

2)     Un emplacement géographique idéal

Située au cœur de la vallée du Rhin, la ville de Bonn est ainsi à proximité de toutes les plus belles villes de la région : Cologne, Düsseldorf, Coblence, mais aussi Aix-la-Chapelle, ou Trêves. Grâce à votre carte d’étudiant, vous pourrez vous déplacer dans tout la Rhénanie-Westphalie du Nord, un des plus gros land d’Allemagne, gratuitement !

Au cœur de l’Allemagne, mais aussi au cœur de l’Europe, la ville a une position centrale si vous avez envie de faire du tourisme : la Belgique, la Hollande, mais aussi le Luxembourg, la Suisse ou le Danemark, sont à quelques heures de train !

3)     Une culture riche

La région regorge de monuments somptueux : châteaux, abbayes, églises, jardins botaniques et bien plus encore ! De plus la ville regorge de musées, et possède même un Museumsmeile : grand bâtiment qui abrite plusieurs musées, afin de prendre un véritable bain de culture !

La région met également la musique à l’honneur avec la très fameuse Phillarmonie de Cologne, la Beethovenhalle, salle de concert dédiée au fameux compositeur, et la maison où Beethoven est né, que l’on peut visiter au centre ville.

La culture populaire est également différente et surprenante : les Allemands sont très polis et aimables, aiment boire de la bière locale : la Kölsch, bière blonde légère et goûteuse, et passer du temps dans les Kneipe, bistrots locaux où l’on peut déguster les spécialités allemandes, moins légères que la bière mais également goûteuses.

4)     Une ambiance festive

La ville est animée grâce à la vie étudiante ! De nombreux bars et de nombreuses boîtes de nuits sont remplis presque chaque soir d’étudiants venus faire la fête à des prix très attractifs.

Les différentes résidences étudiantes possèdent également leurs propres bars, et organisent régulièrement des soirées, très festives et très appréciées des allemands comme des Erasmus, et pratiquant des prix défiant toute concurrence!

Le Carnaval de Cologne commence également le 11 Novembre pour atteindre son apogée mi-Février. Fête la plus populaire d’Allemagne, connue dans le monde entier, le Carnaval réunit tous les âges pour faire la fête dans les costumes les plus extravagants pendant 4 jours. Les boîtes de nuit et bar prennent vie en plein après-midi, et résonnent de chansons paillardes allemandes pour créer une ambiance aussi conviviale qu’étonnante !

5)     Une ambiance multiculturelle

Avec ses 30 000 étudiants, dont 5000 étrangers, l’université de Bonn est l’une des plus grandes et des plus cosmopolites d’Allemagne ! Quelle richesse culturelle que de côtoyer en permanence des étudiants de tous horizons !

Vous pourrez monter des Sprachtandem (duo pour travailler une langue étranger) à l’infini pour améliorer vos compétences linguistiques, et vous progresserez non seulement en Allemand, mais aussi dans toutes les autres langues que vous étudiez. De plus, si après tout cela vous vous inquiétez encore de votre niveau d’Allemand, sachez que l’Université organise des cours pour les étrangers, et que dans le pire des cas, vous pourrez toujours vous faire comprendre en Anglais, mais n’en abusez pas !

Bon Plan dans la Ville Rose !

Un joli événement pour les filles d’Avril

Du samedi 30 mars au vendredi 5 avril, la rue des Polinaires, dans le quartier des Carmes, accueillera la boutique éphémère APRIL pour le plus grand plaisir des toulousaines.

AprilFanny Cavin des ateliers Halo et Mulot Bricole, deux jeunes créatrices de talent, nous présenteront leurs dernières collections dans un décor printanier composé par leurs soins.

Ces artistes ont depuis longtemps décidé de travailler à leur compte pour réaliser leurs rêves. Elles ont abandonné d’anciens projets pour se lancer dans la réalisation d’objets uniques et à petit prix.

Mulot Bricole, de son vrai nom Marie-Anh Malhaire, confectionne toute sorte de bijoux depuis maintenant quatre ans. Auparavant diplômée en métiers de la Culture et d’Histoire de l’art, elle a finalement décidé d’abandonner cette voie pour se lancer dans son rêve d’enfant. Après de nombreuses démarches, elle finit enfin par créer sa propre marque. Commencent alors à naître ses collections qui lui demanderont parfois jusqu’à 70 heures de travail par semaine.

Inspirée par les arts picturaux, Marie Anh puise son talent dans l’histoire de la bijouterie mais aussi dans les modes actuelles qui l’entourent et dans ses voyages. Poésie, délicatesse et féminité forme le triptyque de son travail.

Fanny Cavin, elle, présentera différents petits objets en porcelaine. Elle aussi a un parcours atypique. Elle est issue de l’univers du stylisme et du design textile. Mais très vite, elle décide de se tourner vers les arts céramiques comme support d’expression. De cette union singulière naîtra un style fin et poétique, affiné dans l’atelier de ses parents, eux-mêmes céramistes. La sensibilité du style Art Déco, ou encore la simplicité du design scandinave se retrouve dans ses créations. Ses mains d’artistes lui permettent de donner vie à ses créations.

Les créatrices seront là toute la semaine pour vous présenter leurs travaux. La semaine se terminera par un vernissage de clôture le vendredi 5 avril à partir de 18h. Vous êtes toutes attendues pour déguster un bon cupcake, tout en essayant des boucles d’oreilles, ou en choisissant votre nouveau mug fétiche en porcelaine.

Alors dès la semaine prochaine, en solo ou accompagnée, devenez des filles d’Avril.

Mobilité sur le toit du monde : San Pedro de Atacama au Chili

Qui aurait cru que notre mobilité se terminerait aussi près du ciel ?

Le ciel ouvre ses portes !

Le ciel ouvre ses portes !

Après 6 mois passés à l’Université de La Plata en Argentine, on a décidé de partir loin, très loin, au nord du Chili dans la petite ville de San Pedro de Atacama. On aura passé près de 50 heures dans des bus pour l’atteindre. Mais le jeu en valait la chandelle. On traverse l’Argentine, de Buenos Aires à Mendoza. On passe par la région des vins et on franchit la Cordillères des Andes enneigée. Nous sommes désormais à 5000 mètres d’altitude, là où le ciel est si pur que les observatoires astronomiques s’y sont installés.

Au départ, San Pedro de Atacama n’est qu’un minuscule village très touristique avec quelques restaurants et des auberges. Le volcan Licancabur surplombe le village. Son sommet est situé à plus de 5900 mètres d’altitude. Aux abords du village, toute la cordillère des Andes s’offre à nous. Des montagnes à perte de vue, et des circuits touristiques qui nous tendent les bras. On a très vite choisi de louer des vélos pour découvrir les environs. Nous sommes chanceux, c’est le moi de juillet ; c’est l’hiver ici au Chili, mais le soleil est au rendez vous.

Vallée de la muerte   Première étape : la Valle de la Muerte, une impression d’être au milieu d’un remake de Star Wars, sur la planète Tatooine. Nos vélos se faufilent au milieu des rochers. Nous atteignons des dunes immenses, nous croisons même des surfers qui les dévalent, les uns derrières les autres. C’est un vrai show. Nous laissons les vélos dans un coin et tentons d’escalader ses immenses dunes. Mais déjà le soir arrive, il est grand temps de réenfourcher nos vélos et de partir pour assister au plus beau coucher de soleil de notre vie.

Le toit du mondeDeuxième étape : la Valle de la Luna, deuxième excursion immanquable de San Pedro de Atacama. Nous pédalons plusieurs kilomètres, à ras les voitures, on se presse pour ne pas manquer le spectacle. La route devient trop pentue. Impossible de pédaler encore, nos jambes n’en peuvent plus. On pousse les vélos. On est fatigué, on a faim et on meurt de chaud, mais on sait que ça vaut le coup.

Le sommet de la vallée se fait attendre, le seul spectacle que l’on a devant les yeux c’est cette montée qui n’en finit plus. Mais soudain, le paysage se présente à nous. C’est la récompense ultime. Aucun appareil photo, aussi performant soit – il, ne pourra capter la beauté du lieu. Sous nos yeux, des montagnes à perte de vue, les unes à côté des autres, en train d’accueillir le soleil.

Le paysage est infini et nous, on ne veut plus partir, on s’assoit sur une pierre et on reste jusqu’au dernier rayon du soleil. On reste silencieux et on admire. C’est aussi ça la mobilité.

Situation de crise chez les politiques

Un duo sur le carreau

Un duo sur le carreau

Cette semaine, deux  affaires touchent le politique en plein cœur.

Le mardi 19 mars dernier, le parquet de Paris a ouvert une information de blanchiment de fraude fiscale condamnant le ministre du budget Jérôme Cahuzac à quitter ses fonctions. Ecoutes téléphoniques, témoignages, nombreux sont les éléments qui font peser la balance en sa défaveur.

Force est de constater qu’Edwy Plenel, homme orchestre du site Mediapart, est arrivé à ses fins. Depuis quelques années déjà, celui-ci a commencé à révéler des éléments qui semblent être à la fois incontestés et incontestables. A force de pressions incessantes, le ministre a préféré se donner la mort politique plutôt que de continuer à subir cette étreinte insupportable. Coupable ? Ou innocent ? Là est la question, et in fine peut-être ne le saura-t-on jamais.

Mais c’est également Nicolas Sarkozy, ancien président français qui traverse une situation compromettante qui constitue sans doute un point de non retour pour lui. Estimé seul personnage politique capable de transcender les différents politiques au sein de l’UMP et de mettre un terme à la guerre des clans qui fait rage entre Copé et Fillon, ses fidèles le voyaient déjà revenir à la tête du pays en 2017. Et pourtant, il semblerait que ce ne soit qu’une utopie, un rêve pour le moins inatteignable.

Suspecté d’avoir reçu des sommes financières considérables de la part de la riche Liliane Bettencourt pendant le temps de la campagne présidentielle, de plus en plus de preuves se sont accumulées contre lui et semblent confirmer ce qui n’était au départ qu’une hypothèse.

Le magistrat bordelais Jean-Michel Gentil a initié une étude minutieuse et une confrontation des agendas de N. Sarkozy et de L. Bettencourt. Il semblerait, selon lui, que l’ancien président ait menti lors de ses récents vis-à-vis avec la justice. La situation s’est retournée contre l’ancien président : il est accusé d’abus de faiblesse, autrement dit d’avoir profité de la richesse d’une personne diminuée par l’âge et donc partiellement consciente de ses actes.

Des hommes politiques censés représenter et incarner la France. Est-ce à cela que les Français doivent s’identifier ? Une image outrageuse du politique donnée au peuple. On comprend mieux ici la chute de la participation des français aux élections.

Affaire(s) à suivre.

« Goûtez au potentiel du web » avec Web Appeal

Web appeal - Agence de Communication Web

Web appeal – Agence de Communication Web

Ce mois-ci c’est l’agence Web Appeal qui a retenu toute notre attention et que nous allons vous présenter.

Web Appeal est une agence de stratégie web et marketing digital, dont la fondatrice et gérante Alix Howard est également professeur de web marketing et de communication événementielle dans notre établissement.

Alors que les avancées technologiques évoluent sans cesse, l’objectif majeur de cette agence est d’apporter aux entreprises, essentiellement des PME et des PMI, des conseils en matière de stratégie de communication internet et de marketing digital. Et ce, de manière à ce que celles-ci restent attractives, comme l’indique si bien son nom.

Avec 20 ans d’expérience parmi lesquelles 10 ans de communication web et imprimerie numérique, cette agence a ses domaines de prédilection. Elle conseille donc principalement des entreprises dans les secteurs du e-commerce, de l’e-tourisme, de l’immobilier, du bâtiment et de la construction et de l’enseignement supérieur.

L’éventail des prestations offertes par l’entreprise est large : l’agence propose à la fois du conseil stratégique, de la gestion de projet mais également des accompagnements personnalisés.

Petite structure mais non moins efficace, Web Appeal est à la page pour tout ce qui concerne les nouvelles technologies. Pour les actuels et futurs directeurs d’entreprise, une valeur sure et fortement conseillée !

Pour plus d’information concernant l’agence : http://www.web-appeal.fr

Les Airs Solidaires se mettent en scène

La danse contemporaine à Toulouse

La danse contemporaine à Toulouse

Du 21 au 30 mars prochain aura lieu à Toulouse le Festival Les Airs Solidaires. L’objectif de ce festival : mettre en lumière des problématiques concernant l’alimentation et les systèmes de production agricole, et ce grâce à l’art.

A cette occasion, le groupe de danse contemporaine composé d’étudiants de l’IEP de Toulouse et savamment orchestré par leur professeur Marianne M, déambulera les 23 et 27 mars prochains dans les locaux de l’Université de l’Arsenal.

Les étudiants vous présenteront leur chorégraphie, inspirée du travail de la célèbre chorégraphe allemande Pina Bausch, à laquelle ils ont intégré des éléments de leur propre composition : portés et autres mouvements décalés.

Une danse rythmée et colorée, qui accordera une place de 1er plan à certains objets en lien avec le thème du Festival.

Enfin, qui dit danse, dit musique… Joueurs de youkoulélé et d’accordéon seront présents pour l’occasion et accompagneront les danseurs pendant leur représentation.

Vous  êtes tous chaleureusement conviés !

Une Diva au Théâtre National du Capitole…

Opéra

Joyce DiDonato au Théâtre National du Capitole

Lundi 4 mars dernier, le Théâtre National du Capitole accueillait Joyce DiDonato, chanteuse d’opéra américaine, à l’occasion de son récital Drama Queens.

Reconnue par le New York Times comme « sans doute la chanteuse avec les meilleures capacités de sa génération », la mezzo-soprano nous a offert 1h30 de spectacle d’une rare intensité. La chanteuse a mis à l’honneur de nombreux compositeurs parmi lesquels Cesti, Scarlatti, Monteverdi, Vivaldi ou encore l’émérite compositeur allemand G. F. Haendel.

Accompagnée sur scène de son Directeur musical et violoniste Dmitry Sinkovsky, tous deux sont parvenus, en promouvant ces opéras des XVI et XVIIème siècles, à transporter les spectateurs vers une époque pourtant révolue. Applaudis, ou plutôt, ovationnés par les spectateurs, ils ont pris plaisir à revenir sur scène pour offrir au public définitivement conquis, des «bis » à répétition. Les spectateurs ravis, ne demandaient que ça.

Une soirée extraordinaire avec une Joyce DiDonato qui a su charmer et instaurer une réelle complicité avec son public. A peine le récital achevé, on pouvait lire la même phrase sur toutes les lèvres : « A quand sa prochaine venue ? »

Chers étudiants, à vos agendas : le prochain rendez-vous culturel du Théâtre National du Capitole sera l’Opéra Don Giovanni de Mozart. En vous présentant à la billetterie du Théâtre 1h avant le début du spectacle, vous pourrez, dans la limite des places disponibles, bénéficier d’une place à l’Orchestre pour 10e seulement !

Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants

Bernard de Chartes